LA TRANSPARENCE DE VENGEANCE

par René Villemure
La vengeance est une justice sauvage
– Francis Bacon

Transparence, transparence, tous veulent de latransparence…

Dans un monde où la confiance semble s’être mise aux abonnés absents, tous désirentde la transparence, croyant, souvent à raison, que NE RIEN CACHER empêche les malversations ou les mensonges.

Certes, ne rien cacher empêche ou rend plus difficiles certaines malversations mais, osons cesquestions:

*
– La transparence est-elle la solutionsystématique à tous les problèmes éthiques?
*
– De quelle transparence parle-t-on?

Poussons l’examen encore plus loin et allonsau-delà des idées reçues : la transparence n’a-t-elle que des avantages? La transparence peut-elle êtrenon-éthique? Y a-t-il des effets pervers à la transparence?

Comme les questions précédentes le laissentparaître, tout n’est pas nécessairement limpide au royaume de la transparence.

Avant de procéder, rappelons quela transparence est l’action de _laisser passer la lumière_, elle est une des _manières de faire_ destinéesà empêcher la manipulation ou le mensonge et, en conséquence, favoriser la confiance.  Dans cette forme, la transparence doitêtre comprise comme étant un Bien, un des outils de l’éthique dont la finalité est la confiance.

Mais,comme c’est le cas pour tous les outils, la transparence peut aussi être utilisée à mauvais escient, elle peut mêmeêtre utilisée à des fins contraires à celles de sa finalité naturelle, voire devenir un outil de manipulation encréant non pas de la confiance mais plutôt l’illusion de celle-ci.

TOUT NE PEUT êTRE MONTRéEN MêME TEMPS

Même s’il est toujours question de lumière, la différence est importante entreLAISSER PASSER LA LUMIèRE  et DIRIGER LA LUMIèRE AILLEURS AFIN DE DEMEURER SOI-MêME DANSL’OMBRE. Cette seconde option ne servant qu’à nuire tout en servant l’intérêt personnel du projecteurde la lumière.

Comme c’est le cas pour tous les outils, la transparence a son CôTéLUMINEUX qui vise à rendre justice et son CôTé SOMBRE qui vise à manipuler afind’empêcher de rendre justice; démontrant ainsi que l’on peut donc se servir d’un bon outil à de mauvaisesfins.

De nos jours, et c’est malheureux, les exemples sont nombreux où la transparence ne sert que de leurrestratégique destiné à pallier une faiblesse argumentaire. On n’invoque la transparence que lorsqu’elle nous sert oulorsqu’elle peut faire du tort à l’autre partie. « Si j’ai tort, je tenterai tout de même dedémontrer que l’autre n’a pas raison »..

Pour que la transparence puisse atteindre sa finalitéréelle et qu’elle ne soit pas qu’une illusion de confiance, il faut cesser de s’en servir à des finsnon-éthiques ou à des fins de vengeance dont les bénéfices sont strictement personnels.

Si faire lalumière est un bien, attaquer son adversaire à coup de lumière est une faute.

La vengeance n’a jamais été garante de l’éthique.

_________________________________  

Translate »